Skip Navigation Links > Détail article
Le développement économique augure de meilleures perspectives pour la période 2015-2018
Publié le 05/07/2018
Le développement de l’activité économique pour l’exercice 2015-2018, va les perspectives de la croissance économique favorables augurer, en dépit des risques liés aux replis des prix mondiaux et au processus électoral, indiquent les experts congolais du ministère du Plan dans le «Guide de cadrage macroéconomique», parvenu mercredi à l’ACP.

Selon ce document, la croissance économique devrait être soutenue pour s’attaquer à la pauvreté généralisée. Contrairement, à la période de 2011 à 2014 qui a connu une croissance moyenne de 8,0%, celle relative aux quatre années avenir pourrait se situer à 9,2%, tirée principalement par le secteur primaire avec 3,7 points de croissance ainsi que le secteur tertiaire avec 4,3 points de croissance.

La croissance sera encore portée, dans quatre prochaines années, par la branche «Industries extractives», note la même source qui souligne que l’activité minière aura à contribuer de manière significative à la croissance du PIB sur la période susmentionnée avec un apport moyen annuel de 2,6 points de croissance, sous l’effet de l’assainissement du climat des affaires et sous l’impulsion de nouveaux investissements.

Ce dynamisme du secteur minier sera attesté par des performances particulièrement encourageantes du volume de production du cuivre qui devrait dépasser la barre d’un million de tonnes sur toute la période prévisionnelle et celle du cobalt qui serait au-delà de 100.000 tonnes en 2018 , indique-t-on dans le même document.

Booster la productivité agricole

Pour ce qui concerne la production agricole à moyen terme, le document soutient que celle-ci permettra de booster, à moyen terme, une amélioration significative de la productivité agricole et de la commercialisation de sa production. Il est postulé entre 2015 et 2018, signale la source, une croissance agricole de 6% en moyenne. La mise en œuvre du Plan national d’investissement agricole devrait chaque année induire une contribution d’au moins un point de croissance impulsée avec l’implication du secteur privé.

S’agissant du secteur secondaire, sa contribution à la croissance serait modeste et s’établira en moyenne à 0,9% en raison du comportement attendu de la branche agro-alimentaire. Les experts du ministère du Plan estiment dans ce document que le secteur tertiaire, passera d’une contribution de 4,0 points de croissance en 2015 et à 4,6 points en 2018. Ce secteur verrait sa contribution à la croissance globale croitre significativement à la suite du dynamisme qu’afficheraient les branches du «commerce de gros et de détail» et des «Transports et communications».
RÉACTIONS
RÉAGIR

Vous trouverez la liste des cadeaux en cliquant sur le lien suivant : liste des cadeaux du Quizz